Avez-vous lu ça?

Le Monde et AFP
01-11-09

Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a déclaré, dimanche 1er novembre, que le débat sur l’identité nationale est déjà une réalité en France.

M. Besson estime que le « peuple français s’est déjà saisi du débat », si l’on en juge par les derniers sondages sur la question. « Le peuple français s’est déjà saisi du débat et il a envie qu’il ait lieu », a-t-il résumé sur France Inter.

Les sondages parus dans la presse du week-end confirment qu’une majorité de Français souhaitent que la question de l’identité nationale soit abordée. Selon une enquête CSA pour Le Parisien, 60 % des personnes interrogées approuvent ce débat, contre 35 %. C’est le cas de 50 % des répondants à
gauche, 70 % au MoDem et 72 % à droite.

Toujours selon cette enquête, les éléments constitutifs de «l’identité de la France» sont la langue (80 %), la République (64 %), le drapeau (63 %), la laïcité (61 %) et la Marseillaise (50 %)

Un autre sondage, réalisé par l’IFOP, révèle que 77 % des personnes interrogées sont favorables à l’apprentissage de la Marseillaise à l’école.

ROYAL DEMANDE À LA GAUCHE DE NE « PAS REJETER CE DÉBAT »

Officiellement, le débat sur l’identité nationale doit s’ouvrir lundi dans les préfectures et sous-préfectures en présence des « forces vives de la Nation ». Eric Besson prendra la parole, mardi, pour préciser l’engagement de l’UMP, puis ce sera au tour de Nicolas Sarkozy de donner un grand
discours sur le sujet, le 4 décembre. Une synthèse sera rendue fin février, à la fin du débat national.

Au Parti socialiste, une certaine division est apparue entre la ligne officielle, défendue par le porte-parole Benoît Hamon, et Ségolène Royal. Pour M. Hamon, «l’objectif politique de l’opération à droite, c’est de montrer que la gauche aurait un problème avec la nation et l’identité nationale». Le PS doit encore officiellement décider s’il participe ou non, et à quel niveau, au débat.

Si Mme Royal parle d’une « opération de diversion » mnée par la droite avant les élections régionales, elle demande toutefois à la gauche de ne pas rejeter ce débat, encore moins de le craindre. «La nation est à l’origine un concept de gauche. Il faut reconquérir les symboles de la nation. C’est pourquoi j’ai fait chanter la Marseillaise dans mes assemblées et revendiqué le drapeau tricolore qui appartient à tous, pas seulement à la droite», a-t-elle rappelé.