Commentaire de la FTQ sur le projet de loi 104, loi modifiant la Charte de la langue française

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille avec réserve le projet de loi 104, modifiant la Charte de la langue française. Compte tenu des délais qui ont été impartis, nous soumettons à cette Commission de brefs commentaires écrits.

La FTQ remercie la Commission de la culture de l’accueillir.

Mais avant d’entrer dans le vif de notre sujet, nous tenons à exprimer notre accord à l’égard de la décision de Madame la ministre de resserrer les exigences d’accès à l’enseignement à l’école anglaise, laquelle mettra fin à ce que l’école privée non subventionnée serve de passerelle vers l’école anglaise.

En mars 2001, devant la Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française, la FTQ s’en était tenue à un seul thème central : la langue du travail. Aujourd’hui, nous comptons poursuivre sur le même élan.

Nos représentations portent essentiellement sur la francisation des entreprises, la décision d’abolir la Commission de protection de la langue française et sur le soutien aux membres des comités de francisation.

  • [ Télécharger le document complet via la section documentation ]

    À lire dans ce document:

  • La francisation des entreprises
  • Les entreprises de 50 à 99 employés
  • Les entreprises de moins 50 employés
  • Le contenu des programmes de francisation
  • La Commission de protection de la langue française
  • Le nécessaire soutien aux membres des comités de francisation