Importante journée en francisation!

Aux directions syndicales, aux conseils régionaux, à tous les affiliés et aux membres des comités de francisation,

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) est fière d’annoncer la tenue d’une journée de réflexion portant sur la francisation des milieux de travail qui se tiendra le vendredi 15 mars 2002, à l’hôtel Auberge Universel de Montréal.

Cette journée permettra aux membres des comités de francisation ainsi qu’aux militants et militantes de faire le point sur leur engagement.

Malgré d’immenses progrès, la francisation des entreprises n’a pas encore produit tous ses effets; les études le démontrent et les travailleurs et travailleuses syndiqués en témoignent. La francisation du Québec passe par la concrétisation du droit de travailler en français et le mouvement syndical en est acteur de premier plan. Où en sommes-nous aujourd’hui quant au rôle que nous devons jouer sur le plan de la francisation des entreprises? Comment s’y prendre pour mieux tenir ce rôle et faire en sorte que notre action ait un meilleur impact sur le terrain?

Communiquez avec le Service de francisation pour obtenir le formulaire d’inscription pour cette journée. Nous vous demandons de nous le retourner par la poste accompagné d’un chèque libellé à l’ordre de la FTQ d’ici le 8 mars 2002. Les frais d’inscription sont de 50 $ incluant le repas du midi et il n’y a pas de limite au nombre d’inscriptions.

En ce qui concerne l’hébergement, précisez que vous êtes de la FTQ au moment de votre réservation afin de bénéficier du tarif négocié au coût de 85 $ la nuitée (occupation simple ou double) à l’hôtel Auberge Universel de Montréal. Vous avez jusqu’au 28 février 2002 pour bénéficier de ce tarif.

Hôtel Auberge Universel — 5000, rue Sherbrooke Est, Montréal (métro Viau)

Téléphone : 514-253-3365
Télécopieur : 514-253-9958
Réservation sans frais :1-800-567-0223

Tarif FTQ : 85 $ la nuitée, occupation simple ou double

Nous vous invitons donc à assister en grand nombre à cette importante rencontre.

Syndicalement,

Le secrétaire général,

RENÉ ROY