La FTQ met le français au travail

Lola LeBrasseur, responsable de la francisation à la FTQ, organise chaque année les activités de la Semaine du français.

Lola LeBrasseur, responsable de la francisation à la FTQ, organise chaque année les activités de la Semaine du français.

Le coup d’envoi de la Semaine du français et de la francophonie a été donné à la FTQ lors d’une journée de réflexion des membres des comités de francisation sous le thème «Mettons le français au travail», le 19 mars.

Pour la quatrième année consécutive, la FTQ et le Fonds de solidarité ont organisé une Foire du livre qui a remporté un franc succès. Le produit des ventes sera versé en totalité au Centre d’accueil et de référence sociale et économique pour immigrants de Saint-Laurent (CARI). Cet organisme offre des services d’accueil aux nouveaux arrivants, tels la francisation, l’alphabétisation et tout ce qui favorise l’intégration des immigrants à la société québécoise.

Les employés de la FTQ, de ses syndicats affiliés et du Fonds de solidarité ont été généreux en dons de tous genres pour l’occasion. Un gros merci !

Deux beaux prix
Cette année, l’Office québécois de la langue française a décerné des «Mérites» du français au travail à deux syndicats de la FTQ : un pour la francisation de nouveaux immigrants dans le secteur de l’entretien ménager, l’autre pour une réalisation dans le secteur du commerce, à l’hôtel Delta Montréal.

Nouveaux immigrants
Comment offrir des cours de français à des travailleuses et des travailleurs qui ont plusieurs patrons, différents lieux de travail et qui parlent 22 langues ? Voilà le défi qu’a relevé la section locale 800 de l’Union des employés et employées de service (UES-FTQ), qui regroupe le personnel du secteur de l’entretien ménager à Montréal, formé en majorité de personnes immigrantes. Le syndicat a non seulement trouvé les locaux où donner les cours, mais il a aussi convaincu les employeurs de libérer le personnel durant les heures de travail et sans perte de salaire. Cette formation a été rendue possible grâce à la collaboration du ministère québécois des Relations avec les citoyens et de l’Immigration. Devant le succès de l’initiative, les employeurs en redemandent.

L’hôtel Delta Montréal
Cette entreprise de plus de 300 employés en compte une vingtaine pour qui le manque de connaissance du français ne permet pas de répondre adéquatement à la clientèle francophone. Grâce à une entente négociée avec le syndicat des TCA-FTQ, l’hôtel offre donc à ces employés des cours de français oral et écrit, à raison de huit heures par semaine. Ces cours contribuent non seulement à accroître l’estime de soi chez ces employés, mais aussi à améliorer la qualité des rapports qu’ils entretiennent tant avec la clientèle qu’avec leurs collègues et les gestionnaires. Ce projet innovateur a été réalisé grâce à une entente conclue entre la direction de l’hôtel Delta Montréal, le syndicat, le Fonds national pour la formation de la main-d’œuvre en emploi et le ministère québécois de l’Immigration.