N'ayons pas peur des mots

N'ayons pas peur des mots

Aller (à, en) vélo. Faut-il dire aller à ou en vélo? Certains dictionnaires admettent aujourd’hui les deux formes. Il est correct d’employer à dans le cas d’un véhicule qu’on enfourche, sur lequel on est assis : aller à vélo, à moto (et, par analogie, à cheval). Si on utilise un moyen de transport dans lequel on entre, c’est la proposition en qu’il convient d’adopter : aller en train, en voiture, en bateau, en avion. Le choix est plus délicat devant des noms comme ski, patin. Il semble que l’emploi de en serait légitime quand il s’agit d’appareils dans lesquels on enfile les pieds : aller en skis, en patin, comme ont dit aller en sabots.

Prochain (s). Doit-on écrire : « les 27 et 28 juillet prochains ou prochain »? Les deux formes peuvent être justes; tout dépend du contexte. Exemple : « Les inscriptions auront
lieu les 11 et 12 juin prochains, mais la sélection définitive n’interviendra que les 20 et 21 septembre prochain. » Pourquoi le pluriel dans un cas et le singulier dans l’autre? C’est qu’il est supposé que cette phrase a été écrite alors que le mois de juin était déjà en cours. L’accord de la première proposition porte donc sur les dates (11 et 12), tandis que, dans la seconde, il se fait sur le mois (septembre, à venir). Lorsque l’adjectif prochain accompagne un adjectif numéral, il suit cet adjectif. Les deux prochains jours (et non les prochains deux jours).

Compte tenu. La locution se construit avec la préposition de, non avec la conjonction que.

Brunch. Cet américanisme est un mot-valise obtenu par contraction de breakfast et de lunch et désigne un repas combinant petit déjeuner et repas du midi. Ce terme n’a
pas d’équivalent français.

Émigré, immigré. Un émigré est une personne qui a quitté son pays, provisoirement ou définitivement. Un immigré est une personne qui est venue d’ailleurs, qui est entrée dans un pays étranger pour s’y établir.

L’émigré est parti; l’immigré est venu.
Adjectivement : population émigrée; travailleurs immigrés.

Exercice de prononciation:
Gros gras grand grain d’orge quand te
dé-gros-gras-grand-grain d’orgeras-tu?
Je me dégros-gras-grand-grain-d’orgerais quand tous les gros gras grands grains d’orge se dégros-gras-grand-grain d’orgeront.