Lire les textes des gagnants

Premier prix:

La fin des vacances

Dimanche matin… il fait un temps superbe! Le soleil se lève graduellement et fuse de toutes parts dans le ciel bleuté faisant tourbillonner des variantes de couleurs féériques… on dirait un mobile géant suspendu dans le vide… Je décide donc de profiter de ces derniers instants de vacances qui me restent à Bayahibe pour aller faire ma marche matinale. Je dépose mes écouteurs sur mes oreilles et hop, je suis déjà sur le parcours de l’allée longeant des centaines d’héliotropes qui pointent fièrement vers le soleil. Un crescendo de notes provenant de mon lecteur MP3 m’oblige à me préparer lentement mais sûrement à un remue-méninges sur la mise en place d’une baladodiffusion de mes fichiers audio… ah ça sent la fin des vacances…

par Manon Fortier

Deuxième prix:

Un hiver clément, un mois d’avril qui commence… Et hop! voici revenu le temps des ménages de printemps et des sucres sous toutes leurs variantes. Aux terrasses ensoleillées, de belles montréalaises suivent les rayons de l’astre solaire telles des plantes héliotropes. Une énergie nouvelle se met à fuser de partout. Ce sera un crescendo de vie qui ne s’arrêtera plus jusqu’à l’été! Marche du 1er mai, tour de l’île à vélo, festivals en tous genres, les gens redeviennent peu à peu plus mobiles, plus souriants et ouverts. J’aime Montréal pour cette fabuleuse renaissance annuelle dont elle seule a le secret. Si, un jour, je partais vivre ailleurs, c’est ce que j’emporterais dans mes bagages : le printemps montréalais en baladodiffusion pour l’avoir toujours sous la main! Alors, cessez de tourbillonner autour de vos papiers dans vos bureaux et de vous enfermer dans des salles de réunions pour des remue-méninges interminables et sortez!

par Atïm León

Troisième prix:

Revenant d’une conférence sur le thème du citoyen éco-responsable, un père entreprit d’expliquer à son fils adolescent les dix maux qui affligent la société et qui menacent son avenir. Voyant l’ennui de ce dernier allant crescendo, il se livra à un remue méninges des plus intenses pour trouver la façon d’aborder la question ou du moins d’amorcer la communication.
Il réfléchit et se dit :
« Allons… Voyons… Comment le conscientiser à l’environnement ? Juste parler de développement durable ne nous rapprochera pas. Il faut que je trouve une façon de lui en parler, une variante du discours traditionnel qui soit moins rigide… »
Mais l’inspiration ne semblait pas au rendez vous. Il se tourna vers son fils : de la musique en baladodiffusion sur les oreilles, le mobile dans une main, la télécommande dans l’autre, le jeune ne cessait de zapper.
« Ah ! Le voilà bien branché ! Si je pouvais m’infiltrer dans le tube cathodique et diffuser mon message ! Malheureusement, il va zapper mes conseils au même titre que ces émissions ! » songea le père.
– Beuhh ! Quelle galère cette télé ! C’est vraiment nul ! Quelle poire cet animateur !

« Mais, oui ! C’est cela ! L’inciter à bouger au lieu de rester là devant la télé ! » L’idée fusa dans la tête du père. « Je pourrai lui parler de la réduction de l’émission des gaz à effet de serre en optant pour le vélo, la marche au lieu de prendre la voiture ! »
– Et si on sortait tous les deux ?
– Pour aller où ? Je pensais que tu avais à faire ?
– Moi ? Heu … Il faut parfois prendre le temps de s’arrêter dans ce monde qui tourbillonne. Et puis ça fait longtemps qu’on n’a pas fait quelque chose ensemble.
– Qu’est-ce que tu proposes ?
– On prend le vélo et on se rend au parc-nature du Bois-de-Liesse puis on marchera dans les sentiers. Ça va nous faire du bien de prendre de l’air.
– Super ! J’apporte mon appareil photo !
– Allez, hop ! En marche ! On va se payer du bon temps. A nous la nature ! En revenant, fais-moi penser d’arrêter chez le fleuriste.
– Oui, c’est la fête de maman.
– On va lui acheter un beau bouquet avec des héliotropes. Ta mère en aime l’odeur suave.
– Des hélio … quoi ? Je ne savais pas que tu t’y connaissais tant en fleurs !

par Lina Scarpellini