Une famille haïtienne en sécurité au Québec

Photo de Ghislaine Dérilus Brutus

Ghislaine Dérilus Brutus, médecin

C’est de manière précipitée que Ghislaine Dérilus Brutus a quitté son pays natal, Haïti, et qu’elle est arrivée au Québec en septembre 2007 avec son époux et ses deux enfants. Médecin de profession, Ghislaine a d’abord travaillé comme généraliste dans son pays avant de s’engager dans une mission de l’organisation internationale, Médecins Sans Frontières, pour travailler dans un hôpital de Cité Soleil. La situation au plan de la sécurité est particulièrement instable et dangereuse à Cité Soleil; nous nous trouvons ici dans le plus misérable bidonville de Port-au-Prince où s’entassent près de un demi-million de gens parmi les plus démunis de la planète.
À Cité Soleil, le quotidien est fait de guerre de gangs et de violence de toutes sortes. L’ancienne milice du président Aristide que l’on appelle les Chimères y sème la terreur. Pour pénétrer dans ce quartier d’Haïti, il faut passer par un point de contrôle des Nations Unies et voyager sous bonne escorte.

Harcelée par les Chimères
« Ce n’est pas facile d’exercer la médecine à Cité Soleil. La maladie et la guerre se côtoient et contribuent à perturber l’organisation des services médicaux déjà terriblement insuffisants, de dire Ghislaine. De plus, poursuit-elle, le personnel médical est constamment victime de harcèlement de la part des Chimères. Ces derniers sont prêts à tout pour s’approprier les rares médicaments et le matériel médical. Les femmes, qu’elles soient médecins ou infirmières, sont les cibles favorites des Chimères. On fait peser sur elles de lourdes menaces qui leur font craindre le pire pour leur famille. C’est de cet enfer que j’ai décidé de m’extirper. Quand on n’est jamais tout à fait sûr de retrouver ses enfants après une journée de travail, des décisions s’imposent, si on en a les moyens. C’est ce que mon mari et moi avons fait, et nous avons choisi le Québec. »

Sur le chemin de la reconnaissance professionnelle
Si Ghislaine et sa famille ont trouvé la tranquillité au Québec et un coin de pays où l’intégration est facilitée en raison de la langue française que nous avons en commun avec Haïti, elle est consciente qu’une lourde tâche l’attend. Elle devra, au cours des prochaines années, travailler à faire reconnaître ses diplômes pour retrouver son identité professionnelle. Comme on le sait, le chemin est parfois long et rempli d’embûches. Au Québec, c’est le Collège des médecins qui a la responsabilité d’évaluer les titres et la formation.
Depuis quelques semaines, Ghislaine a accepté un emploi temporaire de réceptionniste à la FTQ. Elle découvre petit à petit le monde syndical; un monde qu’elle connaissait à peine. Quand on lui demande si elle se plaît parmi nous, elle nous répond qu’elle est encore touchée par la chaleur de l’accueil que nous lui avons réservé et qu’elle a eu l’impression de se retrouver dans une grande famille. Ce qui nous permet de dire à la blague, dans les corridors de la FTQ, que nous avons trouvé un médecin de famille.