Cinquante ans d'actions pour la francisation

Il y a cinquante ans cette année, le 11e Congrès de la FTQ adoptait la première politique linguistique de son histoire. Le secrétaire général de l’époque, Fernand Daoust, était l’initiateur de cette idée qui était un peu révolutionnaire pour l’époque.

En effet, à la fin de cette décennie qualifiée de Révolution tranquille, le combat pour le français comme langue nationale était à son apogée. Nous étions alors dans la crise linguistique de Saint-Léonard, des manifestations en faveur d’une université McGill en français et dans la controverse entourant l’adoption du «bill 63» de l’Union nationale.

Conséquemment, le combat pour le français comme langue du travail devenait de plus en plus un enjeu syndical. Il était normal pour la FTQ d’adopter une telle politique linguistique, quoique plusieurs militants ne comprenaient pas cette nécessité, comme le rappelle André Leclerc, ancien conseiller syndical de la FTQ, dans son ouvrage consacré à Fernand Daoust (Fernand Daoust 02: Bâtisseur de la FTQ, 1964-1993). Tout en étant un peu prudent sur certaines positions linguistiques, cette politique affirmait au 1er article que le français devait «devenir la langue de travail normale et courante à tous les paliers de l’activité économique au Québec».

Consulter la politique linguistique de la FTQ adoptée en 1969.

Une exposition sur les campagnes en francisation

Le contexte du 50e anniversaire de cette politique linguistique permettra de faire une rétrospective des diverses campagnes en faveur du français qu’a menées la FTQ depuis cette époque. Grâce à la contribution financière du Secrétariat à la politique linguistique du ministère de la Culture et des Communications, une exposition portant sur les campagnes en faveur du français sera inaugurée pendant les activités entourant la Journée internationale du français, le 20 mars prochain.

Cette exposition permettra non seulement de faire un historique de diverses luttes syndicales comme celle de General Motors de 1970 ou celle des «gens de l’air» pendant la décennie 1970. Plusieurs campagnes thématiques ou sectorielles seront aussi présentées comme la campagne «ILYA» sur la sécurité au travail et on se rappellera aussi les diverses campagnes vidéo présentes sur le portail languedutravail.org, qui est aussi une initiative du service de la francisation de la FTQ. Une attention particulière sera aussi accordée aux efforts importants que mènent plusieurs syndicats en faveur d’une francisation efficace pour les travailleuses et travailleurs issus de l’immigration.

Cette exposition sera présentée dans l’édifice du Fonds de solidarité FTQ à Montréal pendant la Semaine du français au travail (18 au 22 mars 2019). Par la suite, elle sera disponible pour les syndicats affiliés ou les conseils régionaux qui en feront la demande.